loader

Principal

Sinusite

Est-il possible de faire face à la dépendance aux gouttes nasales vasoconstricteurs

Beaucoup de gens ne pensent pas du tout au fait que les médicaments ont des effets secondaires, et ils doivent être utilisés à bon escient et strictement selon les instructions, en s'assurant d'abord de leur nécessité. Très souvent, cette situation se produit avec des gouttes ou des sprays pour instillation dans le nez, qui ont un effet vasoconstricteur..

Dès qu'une personne commence à ressentir une congestion nasale, lorsque des écoulements apparaissent et que l'odorat est perturbé, il achète des produits nasaux à la pharmacie et, sans lire attentivement les instructions, les applique. De plus, il le fait trop souvent ou plus que le délai prescrit, sans consulter un médecin, mais en se fondant uniquement sur ses sentiments subjectifs. À mesure que la congestion nasale apparaît, la membrane muqueuse reçoit une nouvelle portion de gouttes vasoconstricteurs.

Peu à peu, les intervalles entre les instillations deviennent plus courts, de plus en plus de gouttes sont nécessaires et la durée du traitement est arbitrairement prolongée par le patient à plusieurs mois. Le patient, confiant dans l'exactitude de ses actions, cause des dommages considérables à sa santé.

Quel est le danger des gouttes nasales vasoconstricteurs

Avant de commencer à utiliser des remèdes contre le rhume, vous devez comprendre la forme de la maladie. À l'origine, la rhinite peut être virale-bactérienne (infectieuse), allergique, vasomotrice (neurogène), hormonale (écoulement nasal de la femme enceinte). En aval - aigu ou chronique, selon la réaction de la muqueuse nasale - hypertrophique ou hypotrophique.

Seul un médecin peut comprendre chaque forme de la maladie et prescrire un traitement adéquat. Mais dans la vie, lorsqu'un nez qui coule apparaît en lui-même ou chez son enfant, une personne se rend à la pharmacie, où il est toujours conseillé d'acheter des sprays vasoconstricteurs ou des gouttes nasales (vasoconstricteurs). Compte tenu de la pathogenèse et des causes des formes de la maladie, l'utilisation de ces fonds est justifiée dans presque tous les types de rhinite, mais diffère par son importance et sa posologie..

Ainsi, dans le traitement de la rhinite infectieuse, les gouttes vasoconstricteurs jouent un rôle de premier plan, réduisant l'œdème de la membrane muqueuse et la formation de sécrétions mucopurulentes. Mais avec un nez qui coule de nature allergique, les antihistaminiques ou les agents hormonaux viennent en premier, et l'utilisation de gouttes vasoconstricteurs remplit une fonction auxiliaire. Par conséquent, pour diverses formes de la maladie, ils diffèrent à la fois par la dose unique requise et par la durée du traitement..

Ne comprenant pas ces points importants, le patient commence à utiliser des gouttes nasales dès l'apparition de la congestion. Après tout, un effet positif se produit presque immédiatement: une respiration nasale libre et un odorat complet sont rétablis.

Mais l'action des moyens cesse rapidement et la personne y recourt à nouveau. Peu à peu, il ne peut plus se passer de médicaments, incapable de se sevrer d'eux, les emporte partout avec lui et pense être traité correctement et efficacement.

C'est la sournoiserie des vasoconstricteurs nasaux. Ils forment une dépendance, qui, bien sûr, n'est pas un stupéfiant, mais nécessite une attention très particulière et l'application d'efforts considérables pour «descendre».

L'utilisation injustifiée de gouttes peut entraîner la survenue d'une maladie aussi grave que la rhinite médicamenteuse, qui nécessite un traitement à long terme. Et le troisième effet indésirable des agents vasoconstricteurs - malgré leur utilisation locale, ils peuvent avoir un effet systémique sur le corps.

La dépendance aux gouttes vasoconstricteurs se forme progressivement et presque imperceptiblement. Les capillaires de la muqueuse nasale, ayant reçu une dose, se rétrécissent comme par un ordre «externe». Leur tonus augmente, la libération de plasma sanguin dans l'espace intercellulaire de l'épithélium s'arrête, la production de sécrétion muqueuse diminue.

Dans le même temps, la régulation neuro-réflexe normale du tonus vasculaire est perturbée, elle cesse pratiquement de fonctionner. Les capillaires s'habituent à la régulation externe au moyen de vasoconstricteurs et attendent une nouvelle dose. Jusqu'à ce qu'elle entre, leur rétrécissement et leur réduction des poches ne se produisent pas..

Se réjouissant de l'excellent effet de l'instillation des médicaments, au bout d'un moment, la personne ressent à nouveau une congestion, ce qui l'oblige à augmenter la dose et à raccourcir les intervalles entre les doses dans l'espoir d'un résultat positif durable. Souvent, le patient ne se rend même pas compte que la dépendance s'est déjà formée et ne peut pas "s'en sortir" tout seul. Il a besoin de conseils compétents et de soins médicaux.

Avec le flux constant de vasoconstricteurs dans la cavité nasale, le réseau capillaire est dans un état de spasme forcé. En conséquence, tous les tissus ne reçoivent ni oxygène ni nutrition, leur métabolisme y est perturbé et des changements dystrophiques commencent. Les cellules de la membrane muqueuse meurent progressivement, elles deviennent minces, sèches, vulnérables et hypotrophes.

Une maladie appelée rhinite médicamenteuse se développe progressivement. Ainsi, dans un effort pour guérir un rhume, le patient reçoit une pathologie plus grave qui doit être traitée pendant longtemps et de manière persistante.

Il existe également un risque d'action systémique des gouttes vasoconstricteurs nasales. Cela peut se produire avec une surdose, surtout si la personne a des maladies concomitantes. Entrant dans la circulation sanguine, les médicaments vasoconstricteurs ont un effet spasmodique sur les vaisseaux de tout le corps.

En conséquence, la pression artérielle augmente, des palpitations, un essoufflement, des maux de tête, des nausées et des troubles du sommeil apparaissent. Le surdosage est très dangereux dans l'enfance, lorsque les vasoconstricteurs peuvent entraîner la nécessité d'une hospitalisation d'urgence du bébé dans le service de toxicologie de l'hôpital.

Comment sevrer des médicaments vasoconstricteurs nasaux

Avant de commencer à résoudre un problème, vous devez d'abord réaliser son existence. Ce n'est que lorsque le patient se rend compte qu'il a déjà développé une dépendance aux médicaments vasoconstricteurs, qu'il est déjà en plein essor avec une hypotrophie de la muqueuse nasale avec le développement d'une rhinite médicamenteuse, alors seulement il aura la force de lutter contre ce problème. Et le médecin l'aidera dans ce domaine..

Il est nécessaire de consulter un médecin, car seul un spécialiste sera en mesure de traiter avec compétence chaque situation problématique. Il incombe au médecin de procéder à un examen, de clarifier toutes les plaintes, de faire un examen et de confirmer la présence d'une dépendance ou d'une rhinite d'origine médicamenteuse. Il prescrira également définitivement le traitement nécessaire et le surveillera..

Mais la première étape doit être franchie par le patient lui-même. Pour vous débarrasser des gouttes vasoconstricteurs, vous devez les jeter complètement. C'est la toute première étape du traitement et la plus difficile. Après tout, la main atteindra constamment la bouteille désirée, toutes les pensées ne seront que de cela, la muqueuse nasale criera à l'aide et les capillaires demanderont la dose tant attendue à l'unisson.

Comme le montre la pratique, pour vous permettre de vous contrôler plus facilement, vous devez dire un «non» résolu aux gouttes-vasoconstricteurs le matin et vous charger d'un travail urgent. Il est important de ne pas oublier de jeter le flacon de médicament dans la chute à ordures et de contourner la pharmacie..

Ce sera très difficile pendant les premiers jours, puis la régulation neuro-réflexe commencera à se rétablir progressivement et les capillaires "se souviendront" qu'ils peuvent travailler de manière autonome. La fonctionnalité de la membrane muqueuse commencera à se rétablir, son œdème diminuera et disparaîtra, la production de sécrétion muqueuse prendra des volumes normaux.

Pour aider le corps à faire face à la dépendance, à surmonter la barrière psychologique et en même temps à normaliser l'état de la membrane muqueuse, vous pouvez prendre des mesures thérapeutiques. Et tout d'abord - faire non seulement l'abolition des gouttes vasoconstricteurs, mais les remplacer par d'autres moyens, principalement d'origine végétale (parfois, au début, ils sont remplacés par des vasoconstricteurs à un dosage très réduit).

Il a été prouvé qu'instiller du jus fraîchement pressé de carottes, betteraves rouges, aloès, oignons (dilué avec de l'eau 1: 1) avec l'ajout d'une goutte de miel chauffé n'a pas seulement un effet de substitution. Ces agents désinfectent en outre la membrane muqueuse de la manière la plus douce et aident la couche épithéliale à se régénérer plus rapidement..

Les décoctions d'herbes agissent de la même manière. La pharmacie bien connue de calendula, sauge, camomille apporte une aide précieuse dans la lutte contre la toxicomanie et la rhinite..

Les mesures de rinçage du nez et d'hydratation de la membrane muqueuse sont excellentes. Vous pouvez utiliser les deux produits pharmaceutiques et préparer vous-même la solution. Une cuillère à café de sel de table ordinaire ou de sel marin est dissoute dans 1 litre d'eau. Cette solution peut être instillée dans les voies nasales 3-4 gouttes, vous pouvez également la laver, jusqu'à 6 fois par jour.

La physiothérapie aidera à restaurer la fonctionnalité de la membrane muqueuse. Le médecin vous indiquera quelles méthodes de l'énorme arsenal de physiothérapie peuvent être utilisées dans le cas de la rhinite médicamenteuse et de la dépendance aux vasoconstricteurs. UHF, phonophorèse, électrophorèse, acupuncture ont un bon effet. À la maison, réchauffer le nez avec des sacs de sel chaud ou des pommes de terre bouillies et des œufs est possible.

Dans les cas graves, lorsque les modifications de la membrane muqueuse survenues sont si importantes qu'elles ne se prêtent pas à un traitement conservateur, une intervention chirurgicale est recommandée au patient. Dans chaque situation spécifique, la méthode la plus optimale est choisie (laser, conchotomie, vasotomie, cryothérapie, turbinoplastie).

Afin de ne pas se rendre à la nécessité d'un traitement ou d'une intervention chirurgicale à long terme, il est nécessaire de se rappeler les dangers de l'utilisation de gouttes vasoconstricteurs. Le strict respect des dosages aidera à éviter des conséquences graves..

Médicament légal: comment se débarrasser de la dépendance aux gouttes vasoconstricteurs

Le moyen le plus simple d'améliorer votre état avec un rhume est de vous égoutter le nez avec des gouttes spéciales. Dans chaque pharmacie, ils sont présentés dans une large gamme. Mais, en utilisant un remède apparemment inoffensif plus longtemps que la période prescrite, vous pouvez "devenir accro", à la suite de quoi une dépendance se développe comme un stupéfiant.

L'oto-rhino-laryngologiste de la catégorie la plus élevée, candidat aux sciences médicales, auteur de livres Vladimir Mikhailovich Zaitsev raconte ce qu'il est dangereux pour le corps et comment se débarrasser de la dépendance..

Pourquoi la dépendance survient

Avec un nez qui coule, les vaisseaux sanguins et les capillaires du nez se dilatent dans l'épaisseur des cornets inférieurs, structures anatomiques situées sur les côtés de la cloison nasale. Cela provoque un gonflement des muqueuses et bloque les voies respiratoires. Et ici, les gouttes vasoconstricteurs viennent à la rescousse. La formation d'une dépendance à leur égard se produit sous l'influence d'un certain nombre de facteurs..

Facteur temps

La première étape vers la dépendance consiste à utiliser le produit plus longtemps que les 5 à 7 jours recommandés. Cela conduit au fait que la vitesse de réponse à l'administration du médicament est fortement réduite - c'est-à-dire qu'après instillation, le nez ne commence pas à respirer. Mais lorsque la dose est augmentée, l'effet du médicament est rétabli, de sorte que de nombreuses personnes commencent à injecter le spray nasal de plus en plus souvent, assis dessus.

De plus, l'utilisation constante de gouttes entraîne un dessèchement de la muqueuse nasale, qui doit être humide. Et dans le corps, des mécanismes compensatoires sont activés: les vaisseaux sanguins se dilatent pour une meilleure nutrition de la membrane muqueuse, la production de mucus augmente, mais lors de la respiration nasale, cet excès de mucus se dessèche, formant encore plus de croûtes.

Facteur physique

L'action des gouttes vasoconstricteurs est basée sur l'adrénaline - c'est grâce à son action que la contraction de la muqueuse nasale est provoquée: les voies nasales sont libérées - et le patient peut à nouveau respirer normalement. Mais, en l'apportant à la cavité nasale de l'extérieur, nous perturbons le mécanisme naturel de libération de cette hormone par l'organisme lui-même dans l'épaisseur des cornets. Et quelques mois plus tard, une restructuration majeure du travail des cellules neuroendocrines se produit. À partir de ce moment, le corps a besoin de doses constantes d'adrénaline «externe», ce qui entraîne une dépendance physique au médicament.

Facteur psychologique

L'utilisation prolongée de gouttes vasoconstricteurs conduit souvent à l'émergence d'une dépendance psychologique - lorsque le patient n'a plus de problèmes respiratoires et, par conséquent, le besoin du médicament également, mais l'habitude de l'utiliser est restée. Et la main atteint indépendamment la bombe aérosol.

Facteur physiologique

Une congestion nasale permanente et un gonflement peuvent être causés par les caractéristiques physiologiques du corps. Par exemple, une courbure de la cloison nasale, un élargissement des parties postérieures des cornets inférieurs - qui peuvent provoquer une rhinite hypertrophique chronique, ainsi qu'une rhinite vasomotrice.

En présence de processus inflammatoires dans les sinus maxillaires ou frontaux, du mucus est libéré dans la cavité nasale, ce qui irrite en outre la muqueuse nasale.

Tout cela crée la nécessité d'utiliser régulièrement des gouttes vasoconstricteurs..

Dépendance aux gouttes et aux sprays nasaux: ce qui menace et comment le traiter?

Un nez bouché réduit considérablement la qualité de vie de toute personne. La plupart des personnes dans de telles situations recourent à l'utilisation de gouttes et de sprays nasaux spéciaux. Il existe plusieurs types de médicaments nasaux liquides qui diffèrent à la fois par leur composition et par leur mécanisme d'action et leur effet thérapeutique..

La cause de la congestion nasale est l'inflammation et le gonflement des voies nasales, qui accompagnent le développement d'une rhinite de nature différente. Les gouttes et les sprays nasaux décongestionnants contractent les vaisseaux sanguins près des voies nasales. Il réduit l'inflammation, soulage le gonflement et facilite la respiration.

Au fil du temps, les patients qui prennent régulièrement des gouttes vasoconstricteurs développent une dépendance à l'action de ces médicaments. Cependant, parmi l'énorme assortiment de sprays nasaux et de gouttes que propose la pharmacie moderne, seuls quelques-uns peuvent conduire à l'apparition d'une telle dépendance et uniquement en raison du non-respect des règles de traitement..

Types de vaporisateurs nasaux

Les médicaments nasaux sont des médicaments qui sont administrés par le nez. Pour le traitement de la congestion de diverses natures, les gouttes nasales ou le spray peuvent inclure quatre types d'ingrédients actifs:

  • Saline;
  • Hormonal;
  • Anti allergène;
  • Vasoconstricteur.

Sprays de sel

Cette catégorie comprend les sprays et les gouttes à base de solutions salines. Leur mécanisme d'action est plus similaire à la procédure de rinçage et de nettoyage des voies nasales. Les allergènes, la poussière et les agents pathogènes pénètrent dans le passage nasal avec l'air inhalé. Le corps réagit sans ambiguïté et sécrète du mucus afin de se débarrasser des irritants avant qu'ils ne provoquent une inflammation. Les gouttes et les sprays salins fonctionnent de la même manière - ils aident à évacuer le mucus du passage nasal et facilitent ainsi la respiration. Cependant, de nombreuses gouttes à base de sel contiennent des conservateurs qui provoquent une irritation si les cavités nasales internes sont enflammées ou présentent des microfissures..

Sprays hormonaux

Certains sprays et gouttes nasales contiennent des corticostéroïdes, qui peuvent aider à soulager l'enflure. Le plus souvent, les sprays hormonaux sont utilisés pour soulager la congestion nasale causée par un allergène ou un autre irritant..

Contrairement à la croyance populaire, les sprays hormonaux sont totalement sûrs. Ils agissent localement, ne sont pas absorbés dans la circulation systémique, n'endommagent pas la membrane muqueuse et n'affectent pas les vaisseaux sanguins du cœur et du cerveau. C'est pourquoi ils sont autorisés pour une utilisation à long terme, mais uniquement sur prescription d'un médecin et sous sa supervision..

Sprays antiallergiques

Les sprays antiallergiques contiennent des antihistaminiques qui soulagent la congestion nasale causée par la réponse immunitaire du corps à un allergène. Ces substances bloquent chimiquement l'histamine, qui est responsable du développement de l'enflure, des démangeaisons, des éternuements et du nez qui coule. Le pic d'utilisation de ces gouttes et sprays tombe pendant la période d'exacerbation des allergies saisonnières..

Le grand avantage des sprays antihistaminiques est la possibilité d'appliquer le médicament directement sur la zone de l'œdème et de l'inflammation. À l'aide d'un spray nasal, le patient applique le médicament localement. Cela aide à éviter les effets secondaires désagréables sous forme de somnolence, d'irritabilité, de distraction de l'attention, de faiblesse, qui accompagnent la prise d'antihistaminiques sous forme de comprimés et de sirops..

Sprays vasoconstricteurs

La plupart des sprays vasoconstricteurs contiennent de l'oxymétazoline ou de la xylométazoline. Ces substances sont des analogues structurels de l'hormone adrénaline, qui, dans les situations de stress, provoque une augmentation de la pression artérielle, augmente la fréquence cardiaque et resserre également les vaisseaux sanguins. Ainsi, les préparations de xylo- et d'oxymétazoline sont les plus prescrites pour la grippe, le rhume et d'autres maladies respiratoires. Ils resserrent les vaisseaux sanguins, réduisent l'enflure, l'inflammation et la production de mucus.

Les effets secondaires les plus courants des gouttes et des sprays vasoconstricteurs sont:

  • Sensation de brûlure dans le nez;
  • Nez sec;
  • Les éternuements;
  • La nausée;
  • Mal de crâne;
  • Nervosité;
  • Difficulté à s'endormir
  • Troubles du pouls.

Lors de l'utilisation de gouttes nasales vasoconstricteurs pendant plus longtemps que la période autorisée, le patient peut développer une dépendance médicamenteuse à l'utilisation de ce médicament, qui s'accompagne de symptômes désagréables et, en cas de négligence, dangereux..

Causes de la dépendance aux gouttes nasales et aux sprays

En fait, la dépendance à la prise de gouttes nasales et de sprays se manifeste par le développement d'une tolérance à la substance active du médicament. L'essence de ce phénomène réside dans la nécessité d'augmenter constamment la dose du médicament pour obtenir un effet thérapeutique. Avec une stimulation externe régulière, le corps se détend.

En d'autres termes, pour ressentir un soulagement, au lieu de 1-2 irrigations de la membrane muqueuse, le patient doit «remplir» le nez de gouttes à des doses plusieurs fois supérieures à celles recommandées. Au fil du temps, arrive un moment où ni une augmentation des doses, ni même un remplacement du fabricant de gouttes vasoconstricteurs ne conduit à l'élimination de la congestion nasale.

Grippostad, Lazorin, Tizin, Nazivin, Nazalong, Knoxprey, Nazol, Evkazolin, Galazolin, Sanorin ne sont que quelques médicaments qui peuvent entraîner une dépendance si les règles d'admission ne sont pas respectées.

Les premiers signes de dépendance aux gouttes et sprays nasaux peuvent être identifiés par les symptômes caractéristiques.

Symptômes de la dépendance aux gouttes et aux sprays vasoconstricteurs

Le principal symptôme du développement de la dépendance à la prise de sprays nasaux et de gouttes est une augmentation de la fréquence de prise du médicament pendant la journée. Dans le même temps, la congestion nasale revient rapidement et, pour rétablir une respiration nasale normale, vous devez utiliser le spray de plus en plus souvent tout au long de la journée..

En outre, le patient peut ressentir des démangeaisons et des brûlures dans le nez, des maux de tête pressants, une instabilité émotionnelle, des maux de gorge, une perte d'odorat et une gêne générale. Le nez qui coule revient également, accompagné de toux et d'éternuements..

Le degré extrême d'absorption incontrôlée de vaporisateurs nasaux vasoconstricteurs est le développement d'une rhinite médicamenteuse. La cause de cette maladie est une lésion chimique de la muqueuse nasale résultant de l'utilisation prolongée ou fréquente de vasoconstricteurs nasaux. En conséquence, les vaisseaux sanguins ne répondent plus adéquatement au médicament, l'efficacité du médicament est réduite et, pour soulager la congestion nasale, le patient doit utiliser des gouttes encore plus souvent.

Comment surmonter la dépendance à la prise de gouttes et de sprays vasoconstricteurs

La première étape du traitement de la dépendance aux gouttes vasoconstricteurs consiste à arrêter complètement de les prendre. Le patient doit réaliser et accepter le fait qu'il est devenu accro à la prise de gouttes nasales ou de sprays.

La prochaine étape consiste à demander immédiatement l'aide d'un oto-rhino-laryngologiste. Un médecin spécialiste interrogera le patient, prescrira les diagnostics nécessaires, collectera les données de test et établira un diagnostic. Lors de la confirmation des préoccupations concernant le développement d'une dépendance aux gouttes nasales ou au spray, le médecin sélectionnera le seul traitement individuel approprié pour chaque patient.

Pour le traitement de la toxicomanie, en fonction de la gravité et de la négligence de la maladie, des méthodes thérapeutiques, physiothérapeutiques et chirurgicales sont utilisées pour le traitement.

Traitement de la toxicomanie thérapeutique

Pour éliminer la dépendance aux agents vasoconstricteurs nasaux, il est nécessaire d'exclure complètement l'utilisation de ces médicaments. Le médecin peut prescrire des gouttes hormonales ou des sprays contenant des clucocorticostéroïdes qui peuvent faciliter la respiration du patient sans effets secondaires indésirables. Ces remèdes soulagent l'inflammation et le gonflement des voies nasales, éliminent les symptômes désagréables et améliorent l'état de la muqueuse nasale..

Traitement de la dépendance avec des traitements de physiothérapie

De plus, le médecin ORL peut prescrire certaines procédures de physiothérapie pour améliorer l'état du patient..

Ces procédures comprennent:

  • Thérapie UV;
  • magnétothérapie;
  • thérapie au laser;
  • rincer les sinus avec des solutions salines;
  • quartz de tube et autres

Chirurgie de la toxicomanie

Dans les cas où le traitement thérapeutique est inefficace ou l'effet de la prise de médicaments est insuffisant pour le rétablissement du patient, une intervention chirurgicale urgente est nécessaire.

La principale raison de la détérioration de l'état du patient lors de la dépendance aux gouttes vasoconstricteurs est le développement d'un œdème et une diminution de la lumière du passage nasal. Par conséquent, toutes les interventions chirurgicales visent à restaurer.

Les traitements chirurgicaux comprennent:

  • réduction des ondes radio;
  • vasotomie;
  • vaporisation et plus.

Quels sprays et gouttes nasales ne créent pas de dépendance?

Les sprays stéroïdes modernes ne créent pas de dépendance et conviennent au traitement à long terme de la congestion nasale. Ces médicaments sont sûrs et adaptés à la plupart des patients..

Avamis, Flix, Nasonex, Polydexa, Fliksonase, Beconase, Tafen Nasal, Glensprey active - il s'agit d'une liste incomplète de sprays nasaux contenant des glucocorticostéroïdes.

Cependant, avant d'utiliser des sprays nasaux stéroïdiens, vous devez absolument consulter un oto-rhino-laryngologiste. Seul un médecin ORL sera en mesure de poser le bon diagnostic et de sélectionner correctement le traitement efficace et sûr approprié.

Articles sur le sujet

Cire d'oreille: pour nettoyer vos oreilles ou non?

Le cérumen est une sécrétion produite par les glandes du cérumen dans le conduit auditif. Il contient un grand nombre d'éléments chimiques, protéines, sels minéraux....

Diphtérie

La diphtérie est une maladie infectieuse aiguë causée par des corynebactéries diphtériques. Les orynebacterium diphtheriae sont des organismes aérobies qui résistent aux basses températures et peuvent être stockés sur des surfaces sèches pendant une longue période. Sous...

Carence en vitamines printanière - signes et traitement

Le printemps apporte les premières journées chaudes tant attendues, une débauche de couleurs et d'odeurs capiteuses de la nature se réveillant après un long hiver. Pourquoi, au lieu d'un élan de force et de bonne humeur, nous...

La dépendance aux gouttes nasales est un problème moderne

Beaucoup d'entre nous sont assez insouciants au sujet du rhume, presque aucun remède, se fiant au «peut-être». De plus, lorsque les premiers signes d'un rhume apparaissent, afin de soulager la congestion nasale, de nombreuses personnes se prescrivent indépendamment des médicaments nasaux. Dans un effort pour obtenir un effet rapide, les patients utilisent trop souvent ces médicaments, ne respectent pas le schéma posologique et négligent les recommandations concernant la période de traitement. Une telle «thérapie» peut entraîner une dépendance aux gouttes nasales, qui s'accompagne non seulement d'un gonflement progressif des muqueuses, mais également d'une altération des fonctions respiratoires, ainsi que d'autres pathologies graves qui réduisent considérablement la qualité de vie:

  • perte partielle / totale de l'odorat;
  • insomnie;
  • maux de tête;
  • irritabilité;
  • larmoiement, éternuements;
  • l'apparition de ronflements;
  • hyperplasie de la muqueuse;
  • hypotension, accompagnée de léthargie, de somnolence, de faiblesse;
  • perforation du septum nasal.

Évidemment, l'utilisation de gouttes vasoconstricteurs soulage dans un premier temps vraiment les difficultés respiratoires nasales, mais les décongensants (sprays vasoconstricteurs nasaux) n'agissent que comme un traitement symptomatique. La congestion disparaît pendant une courte période, mais le problème demeure. C'est pourquoi il est important de contacter au plus vite les spécialistes ORL pour exclure les pathologies graves..

Pourquoi les médicaments vasoconstricteurs provoquent la tachyphylaxie?

Toute personne pour qui la question de savoir quoi faire pour surmonter la dépendance aux gouttes nasales est importante est à savoir: la tachyphylaxie est une réaction spécifique du corps, qui consiste à réduire l'effet thérapeutique avec une utilisation à long terme de médicaments. Avec la sinusite, un nez qui coule dû à une inflammation, la membrane muqueuse gonfle. La réponse du corps à la survenue d'un processus inflammatoire est d'augmenter la circulation sanguine dans le domaine de la pathologie. En conséquence, les vaisseaux sanguins se dilatent, ce qui entraîne une congestion..

Les remèdes nasaux resserrent les vaisseaux sanguins en quelques minutes, soulageant l'œdème. Mais à partir d'une instillation prolongée, les vaisseaux cessent de répondre à l'exposition aux médicaments, deviennent indifférents à la substance active des médicaments. Cela conduit à une augmentation de la posologie et de la fréquence de leur utilisation. Le plus souvent, la dépendance est provoquée par de telles solutions intranasales:

  • Naftizin,
  • Naphazoline,
  • Xylométazoline,
  • Pour le nez,
  • Galazolin,
  • Xymelin,
  • Nazivin.

Les ingrédients actifs (composants vasoconstricteurs) sont la naphazoline, la tétrizoline ou la phényléphrine.

Symptômes de la rhinite médicamenteuse

Un pourcentage assez important de la population souffre de dépendance à la naphtyzine. Cette condition est caractérisée par l'incapacité de respirer librement sans agonistes adrénergiques, car à la suite de l'utilisation prolongée de sprays / gouttes vasoconstricteurs, la paralysie des cils de l'épithélium cilié tapissant la cavité nasale a le temps de se développer. L'œdème progressif de la membrane muqueuse nécessite une nouvelle dose de médicament déjà plus importante, et les médicaments vasoconstricteurs rétablissent rapidement la respiration, éliminent l'œdème et soulagent les sécrétions.

Les patients qui dépendent de gouttes nasales n'éliminent les symptômes de la rhinite que pendant une courte période, mais ignorent en même temps sa cause principale, de sorte que la maladie ne disparaît pas. Dans le même temps, le temps pendant lequel une personne peut se passer de décongensants diminue constamment. Sans gouttes nasales, le patient ressent de l'inconfort et même de la panique, n'a pas la possibilité de dormir suffisamment, car doit enterrer son nez même la nuit.

Comment reconnaître la dépendance aux gouttes nasales? Liste des signes

  • Démangeaisons ou brûlures des muqueuses de la cavité nasale;
  • la congestion n'est pas éliminée par instillation, car les vaisseaux perdent leur capacité à réguler l'expansion-rétrécissement des parois;
  • inquiet de la décharge transparente constante du nez;
  • l'odorat est partiellement ou complètement perdu;
  • des troubles du sommeil et des maux de tête sont observés.

Traitement de la dépendance aux médicaments vasoconstricteurs à domicile

La thérapie de la toxicomanie associée à l'utilisation régulière de médicaments nasaux peut être initiée par les étapes les plus simples. L'un d'eux est l'utilisation des avantages de la technologie climatique moderne. Procurez-vous un humidificateur domestique. Il maintient un certain niveau d'humidité dans la pièce. Le dispositif électrique empêche le dessèchement des muqueuses du nasopharynx, facilite la respiration. Un lavage régulier des sinus avec une solution isotonique (1 cuillère à café de sel pour 1000 ml d'eau, t ° 37-41 ° C) résiste également bien à la congestion, aide à réduire la dose de gouttes nasales utilisée. Une légère acupression (une ou deux fois par jour) dans la région maxillaire et dans la région des sinus frontaux aidera également à soulager l'enflure et à soulager l'essoufflement.

Autres règles qui devraient être suivies par toute personne qui a décidé de surmonter la dépendance aux gouttes nasales:

  1. Respectez l'intervalle spécifié dans l'annotation entre l'introduction du produit pharmaceutique, en recherchant son augmentation progressive (intervalle).
  2. Pour réduire la concentration du composant actif, diluez les gouttes (1: 1) avec de l'eau,
  3. Enterrez le médicament dans une seule narine.
  4. Améliorer l'immunité locale (promenades quotidiennes, aération des pièces, nettoyage humide régulier dans la chambre, alimentation équilibrée avec beaucoup de fruits naturels, légumes riches en oligo-éléments et vitamines).
  5. Dormez sur des oreillers hauts pour éviter plus de congestion.
  6. Exercices de respiration quotidiens.
  7. Utilisez (après consultation d'un oto-rhino-laryngologiste) des préparations à base de plantes orales, telles que Sinupret. Un médicament commercialisé sous forme de pilules ou de gouttes réduit l'enflure, améliore le drainage du mucus et soulage l'inflammation des voies respiratoires.
  8. Les partisans de la médecine alternative se voient proposer un traitement avec l'aide de Balsam Karavaev - Vitaon. Il contient des extraits d'huile d'herbes médicinales et de camphre. Avant de vous coucher, après avoir humidifié les turundas (tampons de coton tordus en spirales) dans Vitaon, vous devez les insérer dans chaque sinus pendant 20-25 minutes. En même temps, prenez un comprimé Suprastin (ou Diazolin) par jour.

Chirurgie

Si pendant longtemps il n'est pas possible de guérir la dépendance aux médicaments vasoconstricteurs avec des méthodes non invasives, s'il existe des risques de développer des complications graves, ils ont recours à une intervention chirurgicale. Le plus souvent, les médecins ORL recommandent la vaporisation au laser. La chirurgie sans effusion de sang soulage l'enflure et rétablit la respiration nasale. Le risque de saignement et de cicatrisation est ici minime. La radiocoagulation est pratiquée dans les cas où, à la suite d'une rhinite médicamenteuse, il y avait une diminution du tonus vasculaire et une atrophie de l'épithélium. La désintégration échographique est indiquée pour certains patients avec un oto-rhino-laryngologiste. Toute personne qui souffre de dépendance aux gouttes nasales devrait se rendre dans un ORL dès les premiers signes d'essoufflement. Cela évitera le développement de complications, vous évitera d'autres conséquences désagréables..

Dépendance aux gouttes nasales: comment s'en débarrasser? Traiter la dépendance

S'habituer aux gouttes nasales aujourd'hui n'est pas rare, car personne ne veut supporter un nez qui coule.

Ainsi, divers médicaments recommandés par un pharmacien ou un pharmacien en pharmacie sont solidement implantés dans nos kits de médecine à domicile et viennent à la rescousse dès les premiers signes de rhinite..

Mais malheureusement, peu de personnes respectent strictement la durée et la fréquence d'utilisation recommandées par les fabricants et utilisent le médicament sélectionné pendant plus de 3 à 7 jours (cela est déterminé par le type de substance active qui fait partie d'un médicament particulier).

Raisons de la dépendance et de la dépendance au goutte-à-goutte

Un tel mépris des règles de prise de médicaments vasoconstricteurs et conduit à une dépendance ou, pire encore, à une rhinite médicamenteuse.

Le problème est typique chez les adultes et est rarement diagnostiqué chez un enfant, car les parents contrôlent généralement strictement le traitement des enfants..

Le mécanisme pour cela est assez simple. Normalement, le ton des vaisseaux traversant la muqueuse nasale est régulé indépendamment. Mais avec le développement de l'inflammation, le plasma sanguin transpire dans l'espace intercellulaire, ce qui entraîne un gonflement de la membrane muqueuse, c'est-à-dire le développement d'un œdème.

Les gouttes de vasoconstricteur contiennent des substances spéciales qui provoquent un rétrécissement des vaisseaux sanguins, l'élimination des poches et, par conséquent, la normalisation de la respiration nasale.

Dans le même temps, avec leur utilisation prolongée, les mécanismes naturels de contrôle du tonus vasculaire sont désactivés.Par conséquent, sans nouvelles doses du médicament, ils reviennent à un état élargi..

Cela conduit au désir de re-égoutter le médicament. Ainsi, une habitude se forme et il devient difficile de se débarrasser des gouttes..

Dépendance aux gouttes nasales: symptômes et signes

Il est parfois difficile de soupçonner une dépendance aux médicaments vasoconstricteurs..

Après tout, au début, une personne peut même ne pas remarquer qu'elle dépasse la dose et la fréquence d'utilisation recommandées..

Le patient injecte mécaniquement 1 à 3 gouttes de plus que la dose prescrite, ou le fait, en raccourcissant involontairement les intervalles entre les doses.

Ainsi, les principaux signes du développement de la dépendance au spray nasal sont:

  • une dose unique prescrite dans l'annotation ne soulage pas la congestion;
  • le médicament a été utilisé pendant bien plus d'une semaine;
  • une personne a toujours un flacon de médicament avec lui, souvent un flacon au travail, à la maison, dans un sac, etc.
  • l'émergence d'une forte anxiété si le médicament n'était pas avec vous (oublié d'acheter ou laissé à la maison);
  • instillation automatique à la moindre manifestation de difficultés respiratoires.

De nombreuses personnes sont capables de s'asseoir sur des médicaments nasaux pendant des années, voire des décennies, sans chercher une aide médicale qualifiée.

Bien que toute tentative indépendante pour enlever les gouttes nasales soit pratiquement inefficace. Les conséquences d'une telle négligence peuvent être désastreuses..
Source: nasmorkam.net Dans les cas particulièrement avancés, les médicaments contre la rhinite se manifestent:

  • gonflement et sécheresse de la muqueuse nasale;
  • la présence d'hémorragies locales;
  • maux de tête réguliers;
  • la présence d'une sensation de picotement et de démangeaisons dans la cavité nasale;
  • augmentation du larmoiement et des éternuements;
  • perte d'odorat partielle (hyposmie) ou complète (anosmie).

Comment sevrer des gouttes nasales vasoconstricteurs à la maison?

Il est possible de se débarrasser de la dépendance à la naphtyzine à la maison uniquement aux premiers stades de son développement. Et cela n'est donné qu'avec l'aide d'efforts volontaires..

Il existe 3 façons principales de sauter d'un vasoconstricteur:

Échec progressif. La méthode repose sur une augmentation délibérée des intervalles entre l'introduction des fonds et une réduction du dosage. La pratique la plus courante est la transition vers des médicaments destinés aux enfants ou la dilution du médicament habituel avec une solution saline..

Dans les moments particulièrement difficiles, par exemple la nuit, il est parfois permis d'entrer dans l'agent en dehors de l'heure prévue. Cela facilitera la respiration et en même temps permettra à la membrane muqueuse du deuxième passage nasal de récupérer..

Mais en cours de route, vous devez effectuer des inhalations, prendre des médicaments homéopathiques, etc. Cette thérapie a de nombreuses nuances, elle doit donc être effectuée sous la supervision d'un oto-rhino-laryngologiste..

La méthode doit être choisie en fonction des qualités personnelles d'un patient particulier. De plus, il doit parvenir indépendamment à la conclusion qu'il doit rechercher un moyen efficace de se débarrasser de sa dépendance aux gouttes nasales..

Néanmoins, quel que soit le choix de la méthode de lutte, les règles suivantes doivent être respectées:

  • ventiler régulièrement les locaux d'habitation et de travail;
  • utilisez des solutions salines pour hydrater la membrane muqueuse;
  • installer un humidificateur d'air domestique et une lampe aromatique à la maison;
  • marcher pendant au moins 2 à 3 heures par jour;
  • enrichissez votre alimentation avec des fruits et légumes frais;
  • essayez de dormir avec la tête et les épaules surélevées, mais seulement s'il n'y a pas de maladie de la colonne vertébrale.

Remèdes populaires pour le traitement de la «dépendance à la naphtyzine»

Il est impossible de supprimer la dépendance à Tizin ou à tout autre médicament vasoconstricteur en utilisant uniquement des méthodes traditionnelles..

  1. À partir d'une feuille d'aloès âgée de plus de 3 à 5 ans, pressez le jus et diluez-le avec la moitié de la quantité d'eau. La composition résultante est instillée 3-4 fois par jour, 4-5 gouttes.
  2. Le miel naturel liquide est mélangé avec un volume égal d'eau et 4 à 5 gouttes sont injectées dans le nez toutes les 6 à 8 heures.

Traitement de la dépendance aux gouttes nasales dans un établissement médical

Si vous ne parvenez pas à désapprendre les gouttes par vous-même dans les 2 à 4 semaines, vous devez immédiatement contacter l'ORL, afin de ne pas aggraver la situation. En fonction de la gravité de la situation, le médecin peut prescrire:

Corticostéroïdes topiques. Ce sont des médicaments qui ont l'effet vasoconstricteur opposé. Il s'agit notamment de Nazonex, Avamis, Fliksonase, Beconase, etc. En parallèle, ils conservent généralement l'introduction des vasoconstricteurs habituels pendant un certain temps, mais en suivant strictement le schéma établi individuellement par le médecin. Procédures de physiothérapie. Ils sont utilisés pour améliorer la circulation sanguine dans la zone touchée de la membrane muqueuse. Le plus souvent, l'électrophorèse est prescrite aux patients, bien que beaucoup considèrent l'acupuncture comme un remède efficace contre la rhinite médicamenteuse. Opération (vasotomie). La chirurgie est le dernier recours sur la voie de la respiration libre. Selon la situation, elle peut être réalisée au scalpel et impliquer l'ablation d'une partie de la membrane muqueuse atrophiée ou par des méthodes mini-invasives..
Parmi lesquels:

  1. vaporisation laser
  2. radiocoagulation
  3. résection sous vide
  4. désintégration par ultrasons

Ces dernières méthodes sont préférables, car la période de récupération et sa gravité sont beaucoup plus courtes qu'avec la chirurgie traditionnelle.

Parfois, lors de la manipulation, une septoplastie est effectuée en cours de route, c'est-à-dire que le septum nasal est aligné.

Comment restaurer la muqueuse après la chirurgie?

Le corps humain est conçu d'une manière étonnante, car il a la capacité de se réparer. Par conséquent, après l'opération par une méthode ou une autre, il suffit de rincer la cavité nasale avec des solutions salines pendant une semaine et d'éliminer les croûtes séchées, après les avoir préalablement ramollies avec de l'huile, par exemple, de l'argousier ou des graines de pêche..

Mais après un certain temps, comme chez les personnes qui n'ont pas eu besoin d'une intervention chirurgicale pour éliminer la rhinite médicamenteuse, la question se pose de savoir comment restaurer la membrane muqueuse. Pour cela, vous pouvez utiliser des produits à base d'huile, notamment:

  • Pinosol;
  • Edas-131 Rhinitol;
  • Tuya-GF;
  • Malavit-Reno;
  • Delufen;
  • Euphorbium compositum.

Dans le même temps, nous ne devons pas oublier les huiles naturelles pures. Ainsi, l'argousier et la graine de pêche mentionnés ci-dessus aideront non seulement à guérir plus rapidement les plaies postopératoires, mais également à stimuler le processus de restauration de la membrane muqueuse..

Que faire si le nez est habitué aux gouttes pendant la grossesse

Il n'est pas recommandé d'utiliser des vasoconstricteurs pour les femmes en position. Néanmoins, un nez bouché pour eux, ou plutôt pour le fœtus, est un grave danger. Après tout, cela conduit à une carence en oxygène dans le sang et au développement d'une hypoxie chez l'enfant, qui est lourde de troubles du développement.

Par conséquent, pendant la grossesse, la situation est ambiguë et nécessite l'intervention obligatoire d'un spécialiste..

Si la dépendance vient d'apparaître, très probablement, l'oto-rhino-laryngologiste vous conseillera de vous en débarrasser en abandonnant progressivement ou brusquement les gouttes..

Dans les cas plus graves, il est possible qu'une décision soit prise de continuer à prendre le médicament jusqu'à l'accouchement, mais de l'utiliser ou de l'utiliser à la posologie d'un enfant. Cela est nécessaire pour soulager la congestion et assurer une bonne respiration pour la mère et le fœtus..
[ads-pc-1] [ads-mob-1]

Gouttes nasales non addictives pour la congestion: une liste

Absolument tous les médicaments vasoconstricteurs qui éliminent directement la congestion créent une dépendance.

Néanmoins, il existe de bons moyens qui aident le corps à faire face plus rapidement à l'infection, en activant l'immunité locale ou en facilitant la respiration nasale sans affecter le tonus vasculaire. Il:

  1. Spray avec interféron (Nazoferon, Ergoferon, Ingaron, Derinat, Grippferon) - aide à renforcer l'immunité locale et conduit ainsi à une résistance accrue à de nombreux virus qui provoquent les ARVI.
  2. Le pinosol est un remède à base de plantes à base de plusieurs huiles essentielles pour aider à soulager la congestion. Mais il ne peut être utilisé que s'il n'y a aucune allergie à l'un des composants..
  3. Solutions salines (saline, Aquamaris, Marimer, Humer, Physiomer, Sans sel, Dolphin, etc.). Ils aident à dégager les voies nasales des croûtes sèches, de la morve fine et épaisse, hydratent les muqueuses et facilitent ainsi la respiration..

Ainsi, il existe des moyens d'atténuer la maladie avec un rhume sans s'habituer au vasoconstricteur. Mais leur sécurité totale est compensée par une moindre sévérité de l'effet produit, tant les négligent et privilégient les gouttes vasoconstricteurs populaires, au risque de devenir leur otage..

Spray nasal TeVa Nasobek - avis

Life hack! Comment arrêter les gouttes nasales qui coulent en quelques jours SANS CASSÉ! Débarrassez-vous de la dépendance des gouttes vasoconstricteurs. Une manière très simple. Le secret du pharmacien. Photo

Les filles, je sais que beaucoup ont ce problème. Je suis moi-même tombé dessus: Nazivin a coulé dans mon nez pendant plusieurs années, puis est passé à un analogue moins cher - Xilen, il a aussi coulé un peu. Ensuite, j'ai commencé à travailler dans une pharmacie et j'ai appris un secret qui aide à me débarrasser très facilement de la dépendance. Il peut être très difficile d'arrêter de couler comme ça. il devient impossible de respirer, surtout la nuit, un mal de tête commence souvent par manque d'oxygène.

Vous devez donc acheter des gouttes Nasobek. Ne vous inquiétez pas, vous n'utiliserez même pas un quart de la bulle, le processus de sevrage prend très rapidement. Et commencez à le verser au lieu de vos gouttes vasoconstricteurs habituelles, en les remplaçant complètement. Quelqu'un goutte deux fois par jour, quelqu'un avant de s'endormir une fois. Peu importe, remplacez simplement vos gouttes par un spray. Il aide à traverser cette période de sevrage et pendant que vous vous sevrez de vos gouttes, il aide votre nez à respirer. Autrement dit, vous ne suffoquerez pas. Nasobek lui-même n'est pas addictif!

Une semaine suffit pour se débarrasser complètement de la dépendance. Vous ressentirez l'effet immédiatement, le résultat dans 2-3 jours.

Le spray Nasobek ne peut pas couler pendant une longue période (vous n'en aurez pas besoin). Mais n'ayez pas peur, il ne vous arrivera rien de plusieurs utilisations, mais le fait que vous soyez assis sur des gouttes vasoconstricteurs pendant des années a un grand effet sur la santé, en particulier sur le cœur..

Je me suis sevré, ma mère et tous mes amis qui étaient assis dessus des gouttes. Tous se débarrassent très facilement de la dépendance. Par conséquent, j'ai décidé d'écrire ici aussi. Ce n'est pas un rendez-vous direct de Nasobek, mais je pense que celui qui a été prescrit le sait. Tel est un petit hack de la vie.

Tout simplement le meilleur mascara que j'ai rencontré et de nombreuses photos et collages de comparaison détaillés.

Nouveau parfum d'Yves Rocher "Plusieurs notes d'amour" A acheter ou ne pas acheter?

Comment se sevrer des gouttes nasales

Si les vasoconstricteurs sont utilisés pendant une longue période pour le nez, un effet addictif se produira. En conséquence, un nez qui coule tourmentera longtemps après un rhume. Considérez comment vous sevrer des gouttes nasales si la dépendance est déjà survenue.

Regardez gratuitement les chaînes fédérales en ligne, regardez le lien TV en ligne

Pourquoi la dépendance aux gouttes vasoconstricteurs est-elle dangereuse??

La dépendance aux gouttes nasales, tout comme la dépendance aux drogues, est dangereuse car elle provoque des troubles du cortex cérébral. Si vous les utilisez quotidiennement pendant longtemps, vous ne pourrez plus vous en passer, car un nez qui coule insupportable vous hantera. Prise en compte du type de médicament, une dépendance non seulement physique, mais aussi psychologique peut apparaître, jusqu'à des crises de panique.

La dépendance aux gouttes nasales provoque les symptômes suivants:

  • troubles cardiovasculaires;
  • maux de tête;
  • léthargie et irritabilité;
  • perte de force et capacité de travail réduite;
  • respiration difficile.

L'utilisation à long terme de médicaments vasoconstricteurs entraîne un dessèchement et une atrophie de la membrane muqueuse. L'odorat est altéré, la circulation sanguine est altérée, ce qui affecte négativement le fonctionnement du cerveau. Tous ces symptômes altèrent considérablement la qualité de vie et nécessitent un traitement immédiat..

Comme le montre la pratique médicale, la dépendance à la naphtyzine est l'une des plus dangereuses. Ce médicament resserre considérablement les vaisseaux sanguins, mais lorsque son action cesse, l'intensité de la rhinite triple. En conséquence, les patients utilisent plusieurs emballages du médicament et, à la fin, ils ne peuvent plus s'en passer..

Il est important de se rappeler: malgré la popularité de la naphtizine, elle ne guérit pas la pathologie, mais n'élimine que temporairement un nez qui coule, le forçant à revenir avec une vigueur renouvelée.

N'utilisez pas de gouttes vasoconstricteurs pendant plus de 7 jours. Le sevrage des gouttes nasales est beaucoup plus difficile que de s'y habituer. L'utilisation à long terme conduit à des médicaments contre la rhinite, lorsque le gonflement de la membrane muqueuse est chronique.

Traiter la dépendance avec des médicaments

Pour surmonter la dépendance aux gouttes nasales, vous devez complètement abandonner leur utilisation. Si vous ne pouvez pas le faire vous-même, il est important de demander l'aide d'un oto-rhino-laryngologiste. Le médecin examinera la membrane muqueuse et évaluera le degré de dépendance, après quoi les médicaments appropriés seront prescrits. Habituellement, des décongestionnants et des anti-inflammatoires sont prescrits pour traiter la dépendance aux gouttes..

Antihistaminiques

Le sevrage du médicament est souvent effectué à l'aide de médicaments antiallergéniques. Ils réduisent le gonflement de la membrane muqueuse, mais ils n'ont aucun effet sur les récepteurs de l'andrénaline. Les antihistaminiques préviennent la congestion nasale et soulagent les symptômes de la rhinite médicamenteuse. Les agents antiallergéniques les plus populaires sont Allergodil, Sanorin-Anallergin.

Une droguePhotoPrix
Allergodilà partir de 518 frotter.
Sanorin-Anallerginespécifier

Corticostéroïdes topiques

Avec le développement de la dépendance aux gouttes, des agents hormonaux locaux sont presque toujours prescrits. Ils soulagent l'inflammation, le gonflement des voies nasales. Mais il est important de rappeler que les médicaments hormonaux sont interdits pour les pathologies fongiques. Par conséquent, ils peuvent être utilisés après avoir consulté un médecin..

Si le patient ne peut pas abandonner immédiatement l'utilisation de médicaments vasoconstricteurs, leur posologie est progressivement réduite, en prescrivant des corticostéroïdes topiques en parallèle. L'utilisation simultanée de deux groupes de médicaments vous permet d'abandonner progressivement les décongestionnants. Les corticostéroïdes les plus populaires comprennent:

  • Nasobek;
  • Fliksonase;
  • Rhinoclénil.
Une droguePhotoPrix
Nasobekà partir de 193 frotter.
Fliksonaseà partir de 716 frotter.
Rhinoclénilspécifier

Solutions pour se rincer le nez

Vous pouvez vous débarrasser de la dépendance aux gouttes nasales avec une solution saline. Le plus souvent, des médicaments hypertoniques contenant du chlorure de sodium (0,9%) sont utilisés. Pour obtenir l'effet souhaité, vous devez vous rincer le nez au moins 5 fois par jour. En cas de soulagement, les vasoconstricteurs doivent être abandonnés immédiatement. Si les symptômes persistent, ils peuvent être remplacés par des remèdes homéopathiques..

Les solutions salines populaires incluent Aqualor Forte, Dolphin, Morenazal.

Une droguePhotoPrix
Aqualor Forteà partir de 290 roubles.
Dauphinà partir de 278 roubles.
Morenazalspécifier

ethnoscience

Avec la dépendance aux médicaments vasoconstricteurs, les recettes traditionnelles peuvent aider. Le remède le plus efficace utilisé par nos ancêtres est le jus d'aloès. Il doit être instillé alternativement dans chaque narine au moins 4 fois par jour. Il en va de même pour le jus de carottes et d'oignons. Pour plus d'efficacité, vous pouvez ajouter une goutte de miel au jus. Les oignons, en plus de l'effet thérapeutique, facilitent la respiration, il est donc recommandé de les verser dans le nez avec un nez qui coule sévèrement.

Des procédures plus agréables incluent l'inhalation d'huile essentielle de sapin (5 gouttes). L'huile d'eucalyptus peut être utilisée comme alternative. Il est également recommandé de prendre des bains au sel de mer la nuit, puis de vous envelopper dans une couverture chaude.

Le réchauffement au sel du nez s'est avéré très efficace. Le sel chauffé est enveloppé dans un chiffon et appliqué sur l'arête du nez pendant 30 minutes.

Ainsi, la dépendance aux gouttes vasoconstricteurs est une maladie grave qui nécessite des soins médicaux. Sinon, vous pouvez gagner une complication grave qui devra être traitée longtemps et de manière fastidieuse..

Élimine la dépendance aux gouttes nasales

La dépendance est associée à diverses drogues ou boissons alcoolisées. Le comportement d'une personne pendant cette période est familier à beaucoup: il fait de son mieux pour obtenir une partie de plaisir. Le même comportement amène une personne à devenir dépendante des gouttes nasales vasoconstricteurs. Les produits sont faciles à obtenir et vendus sans ordonnance. Une personne instille simplement des gouttes dans le nez et se débarrasse d'un rhume, mais tout n'est pas si simple. S'il n'est pas guéri, la fréquence d'utilisation du médicament augmente et l'effet des gouttes diminue. Dans de tels cas, la dépendance se développe, vous devez donc savoir comment la dépendance aux gouttes nasales apparaît, comment s'en débarrasser.

Raisons de la dépendance

Beaucoup de gens pensent qu'un vasoconstricteur pour le rhume est le principal médicament qui les aidera. Ils sont habitués à l'auto-traitement et contrôlent également indépendamment la posologie et la durée du traitement, quelles que soient les instructions obligatoires qui doivent être strictement suivies. Beaucoup de gens pensent que les gouttes nasales sont totalement inoffensives, mais elles ne le sont pas. Le processus de traitement conduit à certains troubles:

  • l'apparition d'un mal de tête;
  • perturbation de la muqueuse nasale;
  • insomnie;
  • nervosité;
  • hypertension gestationnelle.

De nombreux types de gouttes nasales sont classés comme récepteurs adrénergiques. Ils ont un effet stimulant sur les parois des vaisseaux sanguins, les faisant se resserrer. Les remèdes les plus efficaces contre le rhume sont les suivants: "Naftizin", "Xylometazoline", "Sanorin".

Ces médicaments ont un effet vasoconstricteur et visent à soulager les poches et à améliorer la respiration. En termes simples, les gouttes n'aideront pas à guérir un rhume, mais ne soulageront que les symptômes désagréables. Une utilisation prolongée des gouttes peut provoquer une rhinite. S'il n'est pas guéri à temps, des changements pathologiques se produiront dans la cavité nasale, qui peuvent être corrigés à l'aide d'une opération..

Il est nécessaire de traiter le nez avec des gouttes pas plus de 3 à 5 jours. Si le médicament est utilisé plus longtemps qu'il ne devrait l'être, une dépendance à la xylométazoline, à la sanorine ou à la naphtyzine peut se développer. Le tonus vasculaire diminuera et une atrophie muqueuse se développera. Il sera difficile de respirer et la personne deviendra dépendante des gouttes vasoconstricteurs. Guérir la dépendance en abandonnant complètement le médicament ne fonctionnera pas. Il faut tout d'abord consulter un médecin qui examinera le patient et lui donnera les bons conseils..

Symptômes

Les personnes qui ont constamment le nez bouché à cause du rhume, des allergies ou de la grippe souffrent énormément. Ils sont prêts à faire de grands efforts pour se débarrasser d'un rhume et respirer à plein régime. Dans de tels cas, des gouttes et des sprays viennent à la rescousse. Par exemple, "Naphtizin", un remède populaire contre le rhume. Cela aide en quelques minutes seulement après l'application. Il soulage également parfaitement les symptômes de la maladie et améliore le bien-être du patient..

Mais il faut comprendre que l'utilisation de ces médicaments présente des aspects négatifs: comme le médicament aide bien, le patient se tourne vers lui pour obtenir de l'aide encore et encore. Il ne suit pas les règles de traitement. Par conséquent, lorsque la maladie recule, la congestion nasale réapparaît. Il y a des gens qui utilisent des gouttes depuis de nombreuses années et qui ne veulent pas se rendre à l'hôpital pour obtenir de l'aide. Si le médicament est utilisé si légèrement, les conséquences peuvent être désastreuses. Tout commence par une maladie et se termine par des problèmes de système nerveux..

Les signes de dépendance aux gouttes vasoconstricteurs sont les suivants:

  • l'utilisation de gouttes dure plus longtemps que le temps prescrit;
  • le taux d'admission recommandé a cessé d'aider;
  • une grande quantité de médicaments à la maison et au travail;
  • un médicament oublié à la maison vous rend nerveux;
  • quand il devient difficile de respirer, vous voulez appliquer rapidement le spray.

Si une personne a au moins un symptôme, il est temps d'aller à l'hôpital et de se débarrasser de la dépendance aux gouttes.

Effets

Beaucoup ne peuvent même pas imaginer quelles peuvent être les conséquences d'un simple rhume. À l'heure actuelle, il existe de nombreuses aides. Ils resserrent les vaisseaux du nasopharynx, éliminent l'œdème et rétablissent la production de mucus. Il devient beaucoup plus facile pour une personne de respirer. Mais le soulagement ne dure pas longtemps.

Les personnes accros aux gouttes devraient savoir ce qui suit:

  • les gouttes de naphtyzine et tout autre ne guérissent pas la maladie;
  • les gouttes éliminent les symptômes désagréables pendant plusieurs heures, après un certain temps, la congestion nasale réapparaît;
  • pour soigner un nez qui coule, il est nécessaire d'utiliser d'autres médicaments contre le rhume;
  • les gouttes doivent être utilisées comme aide au traitement et non comme médicament principal.

Méthodes de traitement

Si un nez qui coule empêche une personne de vivre normalement, elle est accro aux gouttes. Par conséquent, il est nécessaire de les abandonner et de contacter un spécialiste. Le médecin procédera à un examen spécial, découvrira la cause de la maladie et commencera à traiter. La durée et la méthode de traitement dépendent d'indicateurs individuels: combien de temps une personne souffre d'un rhume, utilise des gouttes, à quelle fréquence elle les utilise.

Le traitement donnera un résultat positif si vous effectuez des procédures de base.

  1. Remplacez le médicament par des rinçages nasaux hormonaux. Les nouveaux développements n'ont pratiquement aucun effet secondaire. Ils aident à restaurer la muqueuse nasale, à réduire la dépendance à la naphtyzine et la dépendance à d'autres médicaments..
  2. Si les tissus du nez sont détruits et que, pour cette raison, des infections se sont développées, vous devriez boire un traitement antibiotique. Leur choix dépend de la gravité de la maladie et de la sensibilité du patient..
  3. Vous pouvez remplacer le vasoconstricteur par d'autres médicaments et alterner avec un rinçage du nez. Cela vous aidera à vous débarrasser progressivement de la dépendance et à remplacer les gouttes par une solution inoffensive. Au fil du temps, la membrane muqueuse se rétablira également et le besoin de gouttes disparaîtra complètement.
  4. Les pommades aideront à restaurer la muqueuse nasale.

Auto-traitement

Si une personne n'a pas la possibilité de consulter un médecin ou si sa maladie n'est pas si grave, vous pouvez essayer de récupérer à la maison. Il vaut la peine de savoir que l'auto-traitement durera beaucoup plus longtemps. Si le nez est très bouché et que les gouttes ne peuvent pas être complètement enlevées, vous ne pouvez les enterrer que dans une narine. Et le second pour donner la possibilité de récupérer. Quand cela devient normal, la respiration s'améliore, la décharge cesse de déranger, vous pouvez alors abandonner complètement les gouttes.

Vous pouvez également faire des exercices de respiration. L'exercice entraînera la respiration et aura un effet cicatrisant sur la muqueuse nasale. Pour que la gymnastique donne un résultat positif, il est préférable de consulter un médecin.

Méthodes folkloriques

Vous pouvez vous débarrasser de la dépendance avec l'aide de la médecine traditionnelle. Avant de commencer le traitement, vous devez vous assurer que le patient n'est pas allergique aux composants utilisés. Nous examinerons plusieurs recettes folkloriques efficaces ci-dessous..

  1. Jus de guérison de fleur d'aloès. Pour le préparer, vous devez prendre une plante de plus de 3 ans. Le jus d'aloès doit être dilué avec de l'eau dans un rapport de 1: 2, bien mélanger et appliquer sous forme de gouttes nasales. Le produit est versé dans les deux narines, 4 gouttes 3-4 fois par jour.
  2. La deuxième recette de gouttes est les gouttes de miel. Pour les préparer, prenez du miel liquide et diluez-le avec de l'eau dans des proportions de 1: 1. La méthode d'application est la même que pour l'aloès.

Pour que l'effet soit meilleur, ils doivent être égouttés dans une membrane muqueuse propre. S'il y a écoulement, rincez bien le nez avant d'utiliser les gouttes. Après il est nécessaire d'observer la réaction de la membrane muqueuse: comme elle est enflammée, il y a un risque de réaction allergique.

Aide des médecins

De nombreuses personnes accros aux gouttes ont tout simplement peur et même honte d'aller à l'hôpital. Mais la toxicomanie est une maladie qui doit être traitée. Le traitement doit être correctement sélectionné, l'aide d'un médecin est donc essentielle. Il part des caractéristiques individuelles du patient. Il prend également en compte la cause de la rhinite, le type de médicament, la fréquence et la durée de son utilisation..

Le patient se verra proposer les types de traitement de dépendance suivants:

  • traitement avec des médicaments hormonaux;
  • installation de blocus de drogue;
  • thérapie capillaire;
  • traitement lymphotrope;
  • assainissement ultraviolet;
  • acupuncture;
  • phytothérapie;
  • opération.

Si la dépendance est à un stade grave, les médecins recommandent une intervention chirurgicale. Par exemple, moxibustion au laser, traitement nasal par ultrasons, septoplastie et radiocoagulation.

Processus de sevrage

Lorsque les vasoconstricteurs sont annulés, le patient peut ressentir une gêne. Pour éliminer la congestion et vous sentir normal, les médecins recommandent:

  • essayez de ne pas couler dans le nez pendant au moins 2-3 jours;
  • endurer l'inconfort.

Habituellement, l'inconfort disparaît après 3 jours. Et cette souffrance sera payante: une personne n'aura pas besoin de s'égoutter dans le nez tous les jours. Pour soulager la souffrance, suivez ces conseils:

  • massez votre nez avec de légers mouvements circulaires;
  • faire des exercices de respiration: vous devez inspirer par le nez, expirer par la bouche; les voies respiratoires se dilatent, l'air assèche progressivement la muqueuse nasale et augmente le tonus vasculaire;
  • afin de vous endormir normalement et de ne pas souffrir toute la nuit de congestion nasale, vous pouvez mettre plusieurs oreillers sous votre tête, prendre des bains chauds pour le corps et les jambes: le flux sanguin commence à se répartir de haut en bas, le gonflement diminue progressivement, les tunnels nasaux se dilatent, et il devient plus facile pour le patient de respirer.

Conclusion

La surutilisation de gouttes nasales peut entraîner une rhinite. Il s'agit d'une maladie grave qui ne peut être traitée que par chirurgie. Pour que les conséquences de la maladie ne conduisent pas à l'apparition d'une autre, vous devez suivre les instructions d'utilisation des gouttes. Vous pouvez éliminer la dépendance en remplaçant le médicament par un médicament hormonal ou en utilisant des remèdes populaires. Mais une consultation médicale est nécessaire.

Catégories Populaires

Un Kyste Dans Le Nez

Perte De L'Odorat